THERAPIES AVEC LES FAMILLES

&


THERAPIES FAMILIALES
 


 

un site proposé par Jean François Le Goff

 
 

Pour une critique de la notion de 

Parentalité

 
La notion de parentalité est devenue obligatoire et avec elle les parents disparaissent derrière
une « fonction » qui doit être normalisée.

Cette notion loin d’aider les parents et enfants en difficulté les stigmatise
et les empêche d’évoluer vers des relations vivantes.

Pour les travailleurs sociaux, il faut se soumettre à des critères abstraits qui ne traduisent pas la complexité des relations parents-enfants.
Ils doivent parler une « novlangue » libérale loin des réalités concrètes d’une vie de plus en plus précarisée.
 

J’ouvre le débat et j’attends vos réactions, vos contributions !

djflg@free.fr





 L'éditorial du dernier numéro de la revue THERAPIE FAMILIALE
suivre le lien :

 
http://www.cairn.info/revue-therapie-familiale-2014-2-page-113.htm


Editorial. La perte de la langue d’origine : un processus systémique intergénérationnel par J F Le Goff
 

Pour citer cet article

Le Goff Jean-François, « Editorial. La perte de la langue d'origine : un processus systémique intergénérationnel », Thérapie Familiale 2/ 2014 (Vol. 35), p. 113-117
URL : www.cairn.info/revue-therapie-familiale-2014-2-page-113.htm

 



NOUVEAU !

Si vous voulez participer à un stage original
pour des équipes de thérapies familiales, de soins ou éducatives
allez à cette page

actualités : Totem et identité d'équipe


 

 

SEMINAIRE DE THERAPIE FAMILIALE
(J-F Le Goff, C. Ducommun, I. Boszormenyi-Nagy)



 
BIENVENUE SUR CE SITE A PROPOS DES THERAPIES FAMILIALES


 

Depuis le milieu des années 70, je pratique des thérapies avec les familles dans de nombreuses situations en particulier dans le cadre du travail de secteur psychiatrique.

 

Travaillant dans la banlieue parisienne, j'ai, ces dernières années, reçu un grand nombre de familles monoparentales et de familles « outsiders », c’est-à-dire des familles qui se sentent stigmatisées et poussées hors de la société. Cela m'a amené à étudier les processus de précarisation et de stigmatisation des familles dans le système-monde.

 



J'ai publié un livre L'enfant, parent de ses parents au sujet de la parentification de l'enfant. J'ai participé à plusieurs ouvrages collectifs et publié une trentaine d'articles.
 

 

Dans ces pages, je présente mes thèmes de prédilection comme la parentification, la famille monoparentale, la stigmatisation des "familles-outsiders", entre autres, et l'évolution de ma pensée et de ma pratique. Actuellement, j'explore l'imaginaire familial comme ressource pour les familles et leurs membres.

 

N'hésitez pas à entrer en contact avec moi…    
 

                                           

                                           Jean François Le Goff

 

mariage en Bretagne vers 1922

MARIAGES EN BRETAGNE DANS LES ANNÉES 1920, RÉGION de PONTIVY


 

Thérapie familiale ou thérapie avec les familles?

 

La présentation des thérapies familiales est souvent confuse. La question qui m'apparaît la plus pertinente est de savoir si on se situe dans une thérapie familiale ou dans une thérapie avec une famille.

Il y a une différence : « Thérapie familiale » laisse supposer que les relations pathogéniques sont des créations de la famille et qu'il faut les remplacer. « Thérapie avec les familles » tend à faire de la famille, de l'ensemble de ses membres ceux qui permettent de dépasser les problèmes amenant en thérapie. Ainsi les membres de la famille deviennent des co-thérapeutes.

Mon travail peut osciller entre ces deux positions parfois même au cours d'une séance. Il est parfois nécessaire de faire sortir la famille d'une impasse (thérapie familiale), mais en lui laissant la responsabilité de sa réorganisation (thérapie avec les familles).

Comme pour toutes les formes de thérapies, il y a beaucoup de lieux communs qui circulent. Par exemple qu'il faudrait tout dire, qu'il faudrait révéler des « secrets », etc. Je ne crois pas qu'une thérapie puisse se construire sur de telles bases.

En premier lieu, il est important de prendre en considération le fait que si chaque membre de la famille à quelques raisons de venir rencontrer le thérapeute, il en a beaucoup plus pour n'avoir pas envie de venir. En particulier il n'a pas envie d'être désigné comme responsable de la situation ou des problèmes, d'une manière ou d'une autre, il n'a pas envie de voir ses sentiments exposés devant les autres.

Dans ma pratique, chaque séance est une thérapie en tant que telle. D'abord parce qu'on ne sait jamais si la famille aura envie de revenir, et il est possible d'être actif dès le début de la séance. La première séance n'est pas une séance dont le but est de préparer la deuxième, la deuxième séance n'est pas la séance qui prépare la troisième, et ainsi de suite, car chaque séance doit avoir son autonomie et devenir une thérapie en tant que telle.

Les effets de la rencontre avec le thérapeute sont multiples et souvent à long terme. Ils ne peuvent pas être prévus mécaniquement à l'avance. Il y a des effets sur la famille et il y a des effets individuels.

A partir des questions du thérapeute, la famille est amenée à se décrire et ainsi à explorer des zones négligées de sa vie quotidienne et cela introduit des transformations au travers de nouvelles autodescriptions.

Donc thérapie familiale ou thérapie avec les familles sont des processus actifs de courte durée, mais dont les effets sont durables.

Cela n'exclut pas, bien entendu des prises en charge psychothérapiques individuelles, mais indépendantes des entretiens familiaux.


 


 



Pour me contacter:   djflg@free.fr
ou aller à la page contact où vous trouverez un "formulaire".
http://legoff-therapie.wifeo.com/contact.php
 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement